Google a créé un outil pour réussir ses dessins à tous les coups

Avec Autodraw, le moindre gribouillage peut aboutir à un résultat correct. Une manière de démontrer les performances de la société dans l’intelligence artificielle. L’intelligence artificielle vole au secours des dessinateurs ratés. Mercredi, Google a lancé Autodraw, un site qui permet à n’importe quel internaute de gribouiller quelque chose, et d’aboutir à un résultat à peu près correct. Grâce à un procédé d’apprentissage automatique, l’outil cherche à identifier la forme que l’utilisateur esquisse, suggère un modèle et complète les traits en fonction du choix.

Les outils sont rudimentaires, mais simples d’utilisation et intuitifs, et la réserve de dessins bien fournie et de qualité. Dessiner vaguement deux cercles et un rectangle permet d’aboutir à une voiture parfaitement tracée, qui prend la couleur et la taille du croquis. Pour que les formes soient reconnues, il faut tout de même avoir une certaine précision dans les traits.

Autodraw est utilisable sur le Web, depuis un ordinateur, un smartphone ou une tablette. Les « œuvres d’art » , une fois terminées, sont exportables au format PNG.

L’IA de Google identifie les dessins

Pour l’instant, Autodraw tient davantage du gadget que du véritable outil de créatif. Il fait partie des applications que Google utilise pour démontrer les capacités des intelligences artificielles que l’entreprise développe. Autre application amusante utilisant cette même technologie, Quick Draw. Ce logiciel revient à jouer au Pictionnary avec une intelligence artificielle. Le joueur a vingt secondes pour dessiner quelque chose de manière à ce que l’IA le reconnaisse. Et le logiciel est plutôt doué à ce jeu-là.

L’apprentissage automatique, et plus largement l’intelligence artificielle, est un domaine de recherche crucial pour Google. Ils lui permettent d’améliorer ses services, par exemple en identifiant des contenus sans intervention humaine, qu’il s’agisse d’une vidéo ou du sens d’un texte. Google a racheté la start-up britannique DeepMind, pour accélerer dans ce domaine. L’an dernier, la victoire d’AlphaGo contre le meilleur joueur de Go au monde, Lee Sedol, avait servi à démontrer ses capacités en la matière.

Laisser un commentaire